L’épée à deux mains Marozzo – Assaut 1 – partie 10

Dixième et dernière partie de ce premier assaut. Nous découvrons ici trois nouvelles gardes qui ne sont pas illustrées et qu’il a fallut reconstruire. Enfin nous avons ici le retour du jeu qui conclut logiquement ce premier assaut.

Pour rappel :

La source

Decima & ultima parte che tratta de la belicion e finicion del primo assalto.

Sapendo tu che rimanisti in porta di ferro alta, de qui le di bisogno che tu abelissi il gioco : cioe tu andarai de porta di ferro in guardia di consentire con la tua gamba dritta fugiendo de drieto da la manca, e li farai volta dritta tirando la gamba manca apresso de la dritta, e volta manca che andara in guardia de intrare in largo passo : cioe la tua gamba manca tu la butterai da uno lato : cioe dal tuo lato manco polito con il tuo bracio molto ben disteso verso del tuo inimico, e la mano manca sera forte alta disopra dalla tua testa, e la ponta della spada tua sera al dritto della mano del tuo inimico, hora guarda che essendo andato tra consentire, e voltegiare in guardia de intrare in largo passo de qui trovando il tuo inimico in porta di ferro alta, o vero stretta tu li caciarai una ponta sopra mano incrosiata : cioe le tue bracie insieme che anderanno per la facia del nimico di dentro verso al suo lato dritto sentendo chel filo suo dritto sia acompagnato con el filo falso della spada tua alhora lui per paura della ditta ponta incrosiata urtera la spada tua con il suo filo dritto infuoro inverso alle tue parte dritte, e tu vedendo tale urtare, tu li lassarai andare d’uno megio mandritto per la sua gamba dritta : cioe buttando intrare tal mandritto la tua gamba manca per traverso verso alle tue parte manche non te fermando della ditta spada che tu li traghi de uno roverso sgualembrato dalle sue parte dritte, e in tirare tale Roverso, la tua gamba dritta seguira la manca per di drieto. E per tuo riparo tu farai, fugi e cruove per modo che la tua spada sera andata in cinghiara porta di ferro alta, adonque de qui tu tornerai indrieto da gioco buttando la gamba manca de drieto da la dritta imbradirai la spada in guardia di testa, & di guardia di testa tu trarrai uno mandritto che andara in guardia dispala fugiendo intrare de tale mandritto la gamba destra de drieto dalla sinistra e li farai volta dritta tirando la gamba sinistra apresso alla destra, e poi farai volta mancha buttando la ditta gamba sinistra inanci uno gran passo, e li lassarai andare la spada tua con la ponta in terra in guardia di piede e la mano mancha disopra insul pomo & in uno medesimo tempo tu metterai il pie destro appresso la ponta del sinistro : cioe il garetto, e li tassetterai con la mano tua dritta in su el galon dritto; e aquesto modo tu serai tornato da gioco indrieto.

Dixième et dernière partie qui traite de l’embellissement et de la fin du premier assaut.

Sachant que tu es resté en porta di ferro alta, de là il est nécessaire que tu embellisses le jeu : c’est à dire tu iras de la porta di ferro en guardia di consentire, avec ta jambe droite fuyant derrière la gauche. Et là tu feras une volta dritta, tirant la jambe gauche près de la droite, et une volta manca qui ira en guardia d’intrare in largo passo : c’est à dire que tu jetteras ta jambe gauche à ton côté gauche, proprement, avec tes bras bien tendus vers ton ennemi, et ta main gauche sera élevée fortement par-dessus ta tête, et la pointe de ton épée sera à droite des mains de ton ennemi. Maintenant, regarde qu’étant allé par la consentire et les volte en guardia d’intrare in largo passo, de là trouvant ton ennemi en porta di ferro alta, ou stretta, tu lui chasseras une punta incrociata les mains au-dessus : c’est-à-dire avec tes bras allant ensemble à la face de l’ennemi à l’intérieur vers son côté droit, comprend que son droit fil est accompagné par le faux fil de ton épée. Alors lui par peur de cette punta frappera ton épée avec son droit fil vers l’extérieur vers ton côté droit, et toi voyant cette frappe, tu lui laisseras aller un mezzo mandritto à sa jambe droite : c’est à dire en jetant dans ce coup ta jambe gauche à travers vers ton côté gauche. Sans arrêter ton épée, tu lui tailleras un roverso sgualembrato à son côté droit, et dans cette frappe ta jambe droite suivra la gauche par-derrière. Et pour te couvrir, tu feras fugie et crove, de sorte que ton épée aille en cinghiara porta di ferro alta. Donc de là tu retourneras le jeu en arrière : en jetant la jambe gauche derrière la droite tu amèneras l’épée en guardia di testa, et de cette garde tu tireras un mandritto qui ira en guardia di spala, fuyant dans cette frappe la jambe droite derrière la gauche. Et puis tu feras une volta dritta en tirant la jambe gauche près de la droite, et puis tu feras une volta manca en jetant cette jambe gauche devant d’un grand pas, et là tu laisseras aller la pointe de ton épée par terre en guardia di piede avec la main gauche par-dessus le pommeau et dans un même temps tu mettras le pied droit près de la pointe du pied gauche : c’est à dire au talon, et là tu t’arrangeras avec ta main droite sur la hanche droite, et de cette sorte tu auras retourné le jeu en arrière.

Analyse

Sachant que tu es resté en porta di ferro alta, de là il est nécessaire que tu embellisses le jeu : c’est à dire tu iras de la porta di ferro en guardia di consentire, avec ta jambe droite fuyant derrière la gauche.

Première difficulté de cette partie, la guardia di consentire, garde du consentent, n’est jamais définie ni représentée par Marozzo. Comme il le précise plus tard, certaines gardes sont trop compliquées pour les avoir en illustration. On sait qu’il s’agit d’une garde haute avec le pied gauche devant, car cela est précisé au chapitre 169. Il y a l’idée dans cette garde de céder, chacune de ces utilisations se réalise en fuyant du pied droit derrière. Cette garde est suivie dans les différentes par d’une volta dritta, d’un roverso redoppio ou bien d’un passage en guardia di testa. Voici un extrait du chapitre 167 où ce terme est utilisé :

o voi in lo suo disnodare andare, alciare in guardia alta, in lo tirare del suo mandritto caciaratili sotto, et consenti, e tirali el roverso reddopio

Ou bien dans l’aller de sa frappe, tu lèves en guardia alta, et dans sa frappe de mandritto qu’il te chasse en dessous et tu consens et tu lui tires le roverso redoppio.

Sur une attaque à la jambe, on lève donc l’épée en guardia alta, et l’on consent. D’après les informations que l’on a, il faut donc reculer la jambe droite derrière. Ce qui fait sens ici afin de ne pas se faire toucher par la frappe adverse.

Est-ce que la guardia di consentire ne serait pas la version pied gauche devant de la guardia alta ? Nous n’avons pas vraiment besoin de déplacer les mains depuis la guardia alta pour armer notre roverso redoppio. On sait que la guardia alta se réalise avec le pied droit devant seulement (chapitre 169). De plus si nous mettons en parallèle toutes les gardes hautes, nous obtenons le tableau suivant :

Garde haute pied droit devant

Garde haute pied gauche devant

Guardia alta

 

Guardia d’intrare non in largo passo

Guardia d’intrare in largo passo

Guardia di faccia

Guardia di croce

Guardia di becha cesa

Guardia di becha possa

Guardia di testa

 

 

La guardia di consentire pourrait être la version pied gauche de la guardia alta ou de la guardia di testa donc. Mais comme dans la sixième partie du second, Marozzo nous fait aller de la guardia di consentire en guardia di testa, il serait donc plus probable qu’il s’agisse de la version pied gauche devant de la guardia alta. En attendant d’autres pistes, j’interpréterai cette garde de cette façon donc.

Et là tu feras une volta dritta, tirant la jambe gauche près de la droite, et une volta manca qui ira en guardia d’intrare in largo passo : c’est à dire que tu jetteras ta jambe gauche à ton côté gauche, proprement, avec tes bras bien tendus vers ton ennemi, et ta main gauche sera élevée fortement par-dessus ta tête, et la pointe de ton épée sera à droite des mains de ton ennemi.

Nous avons vu dans la cinquième partie comment réaliser les voltes. Ainsi, depuis la guardia di consentire, nous tournons les mains en guardia di croce pour réaliser la volta dritta. Et de cette guardia di croce nous tournons les mains en guardia d’intrare in larga passo pour la volta manca.

Maintenant, regarde qu’étant allé par la consentire et les volte en guardia d’intrare in largo passo, de là trouvant ton ennemi en porta di ferro alta, ou stretta, tu lui chasseras une punta incrociata les mains au-dessus : c’est-à-dire avec tes bras allant ensemble à la face de l’ennemi à l’intérieur vers son côté droit, comprend que son droit fil est accompagné par le faux fil de ton épée.

On repart ici à l’attaque de l’ennemi en tirant une punta incrociata en passant par son intérieur, c’est-à-dire par la droite de son épée par rapport à nous. Il faut donc faire passer notre pointe sous sa lame puis la remonter vers son visage en croisant les mains. On vise ici le côté droit au cas où celui-ci prendrait sa parade avec du retard et qu’il pousse lui-même notre épée dans son visage. On notera qu’il manque ici un déplacement de la jambe droite vers la droite pour réaliser cette punta.

Alors lui par peur de cette punta frappera ton épée avec son droit fil vers l’extérieur vers ton côté droit, et toi voyant cette frappe, tu lui laisseras aller un mezzo mandritto à sa jambe droite : c’est à dire en jetant dans ce coup ta jambe gauche à travers vers ton côté gauche.

La suite ici est la même que dans la quatrième partie. Sur la parade adverse, nous frappons d’un mezzo mandritto à la jambe.

Sans arrêter ton épée, tu lui tailleras un roverso sgualembrato à son côté droit, et dans cette frappe ta jambe droite suivra la gauche par-derrière.

Mais au contraire de la quatrième partie, nous n’attendons pas dans une garde que notre adversaire nous attaque à nouveau, nous continuons notre enchainement directement avec le roverso sgualembrato. On peut supposer ici que notre adversaire est bien plus en retard sur nous que dans la quatrième partie donc.

Et pour te couvrir, tu feras fugie et cruove, de sorte que ton épée aille en cinghiara porta di ferro alta.

Comme nous l’avons vu dans la cinquième partie, cette action de fugie et cruove se réalise en allant en guardia di croce depuis la coda longa e distesa en ramenant la jambe avant, puis en allant dans la garde finale en marchant vers l’arrière. La coda longa e distesa n’est pas précisée ici, mais elle fait naturellement suite au roverso sgualembrato précédent.

Donc de là tu retourneras le jeu en arrière : en jetant la jambe gauche derrière la droite tu amèneras l’épée en guardia di testa, et de cette garde tu tireras un mandritto qui ira en guardia di spalla, fuyant dans cette frappe la jambe droite derrière la gauche.

Les assauts sont composés de trois parties : l’aller au jeu, le jeu, le retour du jeu. Marozzo ne nous décrit pas d’aller au jeu à l’épée à deux mains, mais il nous donne ici le retour du jeu.

On reprend ici la toute première garde utilisée dans cet assaut, la guardia di testa, et l’on va avec un mandritto en guardia di spalla, la garde de l’épaule. Une nouvelle fois, il s’agit d’une garde non définie par Marozzo. On sait qu’elle se réalise avec la jambe gauche devant. On peut deviner que celle-ci se réalise avec l’épée sur notre gauche, car elle fait suite à un mandritto. Enfin on sait qu’elle est trop compliquée pour être dessiné. On peut donc imaginer que l’épée est posée sur notre épaule gauche, ce qui fait sens par rapport à son nom.

Et puis tu feras une volta dritta en tirant la jambe gauche près de la droite, et puis tu feras une volta manca en jetant cette jambe gauche devant d’un grand pas, et là tu laisseras aller la pointe de ton épée par terre en guardia di piede avec la main gauche par-dessus le pommeau et dans un même temps tu mettras le pied droit près de la pointe du pied gauche : c’est à dire au talon, et là tu t’arrangeras avec ta main droite sur la hanche droite, et de cette sorte tu auras retourné le jeu en arrière.

On réalise les voltes comme à l’habitude. On tourne donc l’épée en guardia di croce puis en guardia d’intrare in largo passo. Sauf que dans le cas présent, au lieu de maintenir les mains au-dessus de la tête et la pointe de l’épée vers l’ennemi, nous abaissons les mains et plantons la pointe dans le sol pour arriver dans cette guardia di piede. Garde qui une nouvelle fois n’est nullement définie par Marozzo, mais dont les indications ne nous laissent pas de doute sur comment la réaliser ici. On notera qu’il existe une garde un peu similaire chez Aggripa.

Guardia di piede, Aggripa
image-507

Synthèse

Voici décrites sous forme de tableau les différentes actions de cette première partie.

Garde

Déplacement

Frappe

Cible

Porta di ferro alta

Pas arrière jambe droite

   

Guardia di consentire

Ramène jambe gauche près de la droite

Volta dritta

 

Guardia di croce

Pas avant jambe gauche à gauche

Volta manca

 

Guardia d’intrare in largo passo

Pas avant jambe droite à droite

Punta incrociata

Face

 

Pas jambe gauche à gauche

Mezzo Mandritto

Jambe droite

 

Jambe droite suit la gauche par derrière

Roverso Sgualembrato

Côté droit

Coda longa e distesa

Ramène la jambe gauche à côte de la droite

   

Guardia di croce

Pas arrière jambe droite à droite

   

Cinghiara porta di ferro stretta

Pas arrière jambe gauche

   

Guardia di testa

Pas arrière jambe droite

Mandritto

 

Guardia di spalla

Ramène jambe gauche près de la droite

Volta dritta

 

Guardia di Croce

Fort pas avant jambe gauche

Volta manca

 

Guardia di piede

Amène pied droit derrière le talon gauche

   

 

Interprétation


-- Télécharger 'L'épée à deux mains Marozzo - Assaut 1 - partie 10' en PDF --


Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.