L’épée et le poignard

image-127
Coda Longa e alta de l’épée & porta di ferro stretta du poignard

 

Chap. 36. Qui montre l’épée avec le poignard.

Ceci est un assaut bien parfait pour faire un combat à l’épée et au poignard bolonais. Note toi qui voudras enseigner à d’autres l’art du combat qu’il ne peut pas se faire plus de trois attaques naturelles qui sont mandritto, roverso et stoccata. Et même si je te dis qu’il peut s’en faire beaucoup d’autres, en général tout le monde n’utilise que celles-ci. Maintenant, note que j’ai évité toute fantaisie et que je n’ai mis que les choses qui m’ont paru les plus brèves et les plus utiles pour celui qui doit combattre. Donc, prends note de cela comme règle véritable.

Chap. 37. La première partie où tu es agent et l’ennemi patient.

Premièrement, tu le feras s’arranger avec le pied gauche devant, le poignard sera dans la main gauche en porta di ferro stretta et l’épée sera dans la main droite en coda longa e alta avec les bras bien tendus et arrangés. Maintenant, note, une fois pour toutes que si possible je veux que tu le laisses tirer en premier. Mais s’il ne veut pas tirer en premier, je veux que tu suives cet ordre : c’est-à-dire que tu lui tireras un falso de bas en haut à sa main d’épée ou de poignard en restant bien avec le pied gauche devant et en faisant des pas chassés. De cette façon, il sera alors forcé d’attaquer à la tête ou aux jambes. Et supposons qu’il te tire un mandritto à la jambe, tu mettras le droit fil du poignard dans ce mandritto : c’est-à-dire que tu tourneras la pointe de celui-ci vers le sol, et là tu pareras le mandritto de l’ennemi. Et dans un seul temps, tu passeras de la jambe droite d’un grand pas vers son côté gauche et dans ce pas tu lui donneras un mandritto à la jambe, lequel ira en porta di ferro larga, et ton poignard lui ira en guardia di testa. Et alors si ton ennemi te tire un mandritto ou un roverso à la tête ou une stoccata, je veux que tu frappes chacune de ces bottes d’un falso de bas en haut dans son épée, avec un mandritto à la jambe en avançant dans ce coup le pied droit un peu devant. Et cela fait, tu lui tireras un roverso en fuyant du pied droit d’un grand pas derrière le gauche et ce roverso ira au bras d’épée de l’ennemi. Alors le poignard retournera en porta di ferro et ton épée sera en coda longa e alta. De cette façon, tu seras retourné dans la même garde qu’au début, et là tu attendras une nouvelle fois qu’il t’attaque.

Chap. 38. De la seconde partie où tu es patient et l’ennemi est agent.

Étant resté avec ton épée en coda longa e alta et comme je t’ai dit ci-dessus pour ton poignard. Si ton ennemi te tire un mandritto à la tête, tu jettes le pied droit fortement devant et tu pares cette botte avec ton épée, et tu lui chasses une punta au flanc avec ton poignard, et quand tu prendras cette parade, fais que ta main d’épée soit bien tendue et que la pointe regarde vers la terre. Et pour te couvrir tu tireras un mandritto fendente en fuyant avec ta jambe droite derrière la gauche de sorte que ton épée tombera en cinghiara porta di ferro et que ton poignard ira en guardia di testa. Et si en étant dans cette garde ton ennemi t’attaque d’une botte quelconque en bas ou en haut, alors tu avanceras du pied droit en avant vers le côté gauche de l’ennemi et tu frapperas un falso dans sa botte puis tu lui donneras un roverso à la jambe. Et pour te couvrir, dans un même temps tu tireras un falso dritto de bas en haut à ses mains en fuyant du pied droit en arrière, de sorte que tu feras une demi-volte du poing de chaque main, et ton épée sera alors en coda longa e alta et ton poignard en porta di ferro alta. Et là, tu resteras proprement avec tes bras bien tendus.

Chap. 39. La troisième partie : règle pour faire sortir l’ennemi.

Étant resté avec ton épée en coda longa e alta et le poignard en porta di ferro, de là je veux que tu testes ton ennemi avec une stoccadella pour le faire tirer. Mais supposons que celui-ci ne veuille tirer aucune botte, alors tu jetteras le pied droit vers son coté gauche et tu lui tireras un falso dritto de bas en en haut à sa main de poignard, de sorte que ton épée restera en coda longa e stretta et ton poignard en guardia de testa. Alors si ton ennemi te tire un mandritto à la tête ou à la jambe, ou une stoccata au visage, tu tireras à chacune de ces bottes un mandritto traversato, en fuyant de la jambe droite de travers en arrière de sorte que ton épée tombera en cinghiara porta di ferro stretta et ton poignard en guardia di testa. Et si alors ton ennemi te répond d’une botte quelconque, tu passeras du pied droit devant et alors tu frapperas dans la botte qu’il te tire un falso de bas en haut avec d’un mandritto taillant qui s’arrêtera en porta di ferra stretta, et ton poignard ira en guardia di testa, avec les bras tendus vers la droite de l’ennemi, et là tu t’arrêteras dans cette garde.

Chap. 40. Quatrième partie : la façon de faire tirer l’ennemi

Tu sais que dans la troisième partie qui précède tu es resté avec l’épée en porta di ferro stretta et le poignard en guardia di testa. De là je veux que tu utilises cet élément : c’est-à-dire que tu feras qu’un pied chasse l’autre, généralement le gauche chassera le droit devant, tout en frappant du falso et taillant un mandritto à la jambe, aux bras ou au visage, et cela se nomme elza e tira. De sorte qu’en faisant cela, tu le forceras à te tirer une botte quelconque, soit en bas soit en haut. Mais supposons qu’il te tire en haut un fendente ou un mandritto tondo à la face ou un mandritto sgualembrato, à chacun de ces mandritti tu jetteras le pied droit un peu vers son côté droit et dans ce pas tu pareras son coup en guardia di faccia avec la pointe de ton épée vers la droite de la face de ton ennemi. Et dans un même temps, tu passeras du pied gauche et tu lui donneras un mandritto avec le poignard et un roverso avec l’épée, de sorte que ton épée tombera en coda longa e distesa avec la jambe gauche devant et que ton poignard s’arrêtera en porta di ferro alta proprement et élégamment. Et là tu t’arrêteras avec les yeux fixés aux mains de ton ennemi parce qu’il est nécessaire que dans l’autre partie tu le serres fortement de sorte qu’il soit forcé d’utiliser la punta ou le mandritto ou l’imbroccata, donc reste attentif.

Chap. 41. La cinquième partie : pour troubler l’ennemi.

Maintenant, étant resté dans la quatrième partie avec ton épée en coda longa e distesa et ton poignard en porta di ferro stretta, il sera alors nécessaire que tu suives cette règle : qui est d’aller tester ton ennemi avec un falso à sa main de poignard ou d’épée. Alors lui, à cause de cela, sera forcé de t’attaquer. Et sache que le pied droit chassera le gauche quand tu tireras ce falso de sorte qu’en suivant cette règle, il sera forcé de donner quelque chose. Maintenant, lui te contrant avec un mandritto à la jambe ou à la tête, ou avec une stoccata, tu jetteras ton pied droit vers le côté gauche de ton ennemi dans le temps où il t’attaquera et alors tu lui tireras un falso traversato de bas en haut à ses bras ou à ses mains, suivie d’un roverso tournant par au-dessus à la façon d’un molinello, et ta jambe gauche suivra la droite par derrière. Alors là tu t’arrangeras en coda longa e stretta avec ton épée, et en guardia di testa avec le poignard et tu l’attendras ainsi avec tes bras et tes jambes proprement et élégamment mis.

Chap. 42. La sixième partie où tu es agent.

Étant donc resté dans la cinquième partie avec l’épée en coda longa e stretta et le poignard en guardia di testa, de là je veux que tu lui tires un mezzo mandritto à sa main de poignard de sorte que celui-ci t’attaque. Et regarde bien que s’il t’attaque à la tête, tu avanceras ton pied droit de quatre ou six doigts vers son côté droit et alors tu lui donneras un roverso à sa jambe droite en parant son coup avec ton poignard. Et pour te couvrir tu jetteras le pied droit derrière le gauche en lui tirant une stoccata à la face par-dessous ton poignard, de sorte que tu iras avec l’épée en coda longa e alta et avec le poignard en porta di ferro stretta, ton pied gauche sera alors devant et tu t’arrangeras bien proprement.

Chap. 43. La septième partie qui traite des déplacements.

Maintenant, regarde bien que si tu te souviens dans la sixième partie tu es resté avec l’épée en coda longa e alta et le poignard en porta di ferro stretta, de là tu resteras attentif en attendant que ton ennemi te tire un mandritto à la tête ou à la jambe. Mais en premier, supposons qu’il te tire ce mandritto à la tête, alors tu pareras ce mandritto sur le vrai tranchant de ton poignard et dans cette parade tu jetteras ton pied droit fortement vers son côté gauche, et tu lui donneras alors un punta de pied ferme au flanc, ou bien un mezzo mandritto aux jambes. Et regarde bien que si tu lui tires cette punta, il sera nécessaire que pour te couvrir tu tires un roverso tramazzone en fuyant de ta jambe droite derrière la gauche et en tirant ce roverso à la façon d’un molinello qui ira par l’extérieur de ta jambe droite, et ton épée ne dépassera pas alors coda longa e alta et ton porta di ferro stretta.

Chap. 44. Qui parle de la huitième partie pour offenser et défendre.

Maintenant, note que si tu tires le mandritto à la jambe, il est nécessaire que pour te couvrir tu tires un roverso en fuyant avec ton pied droit, et ce roverso tu le tireras par ton côté gauche : c’est-à-dire que tu le feras par dessous ton aisselle gauche, et cela se dénomme un roverso sgualembrato. Et regarde que ton épée ne dépasse pas coda longa e alta. Et ton poignard lui restera en porta di ferro stretta avec tes bras et tes jambes proprement mis.

Chap. 45. La neuvième partie où tu es patient contre le mandritto.

Si tu te souviens bien, tu es resté avec le poignard en porta di ferro stretta et avec l’épée en coda longa e alta, comme j’ai dit ci-dessus. Et si ton ennemi te tire un mandritto à la jambe gauche, je veux que tu saches que ce mandritto peut se parer de plusieurs façons que tu verras ici. En premier, tu peux le parer avec le vrai tranchant du poignard en le tournant à l’extérieur de ta jambe gauche avec une demi-volte du poing. Également, tu peux le parer du faux tranchant en ne faisant aucune volte. Et dans ces deux parades, tu peux passer de ton pied droit devant et pousser une punta, ou bien tirer un mandritto à la tête ou à la jambe. Et également pour parer ce mandritto, tu peux tirer un mandritto traversato à son bras d’épée en fuyant du pied droit derrière le gauche un peu de travers de sorte que ton épée tombera en cinghiara porta di ferro stretta et ton poignard en guardia di testa. Et sache que pour toutes ces parades et attaques, il sera nécessaire pour te couvrir que tu te retires de deux à trois pas en arrière et que tu fasses une demi-volte du poing. Ainsi tu t’arrangeras avec l’épée en coda longa e alta et le poignard en porta di ferro stretta, et là tu attendras que ton ennemi te tire alors à la jambe parce que je veux te donner une autre parade par la suite qui est différente de celles ci-dessus, maintenant prends note.

Chap. 46. Qui traite du contre sur quelqu’un qui te tire un mandritto à la jambe.

Maintenant regarde qu’étant dans cette garde comme je t’ai dit dans la quatrième partie, tu resteras attentif, parce que je veux que tu le pares de ces deux façons si ton ennemi te tire ce mandritto à la jambe. Sache que quand il te tirera ce mandritto, tu mettras alors le faux fil de ton épée sous son mandritto et ensuite tu lui tailleras un roverso à la cuisse droite, et ton poignard ira en guardia di testa. Et pour te couvrir, tu tireras un falso de bas en haut en fuyant de ton pied droit derrière, et là tu t’arrangeras comme je t’ai dit ci-dessus dans la huitième partie.

Chap. 47. Qui décrit quand tu es patient contre le mandritto.

Pour ce même mandritto à la jambe que l’ennemi te tirera, je veux que tu mettes le faux fil de ton épée dans la sienne : c’est à dire dans son vrai tranchant. Et en même temps que tu mettras ton faux tranchant, tu mettras un fendente à la tête en passant du pied droit devant de sorte que ton épée tombera en porta di ferro stretta et ton poignard en guardia di testa. Et pour te couvrir, tu jetteras le pied droit derrière le gauche en chassant une punta par-dessous ton poignard vers le haut à sa face. Et alors tu feras une demi-volte du poing et tu t’arrangeras en coda longa e alta avec ton épée et en porta di ferro alta avec ton poignard. Et là, tu attendras que ton ennemi te tire un roverso à la tête ou à la jambe, bien proprement et élégamment.

Chap. 48. De la façon de se tenir contre le roverso.

Maintenant, regarde que tu es avec ton épée en coda longa e alta et avec ton poignard en porta di ferro alta comme je t’ai dit ci-dessus dans la neuvième partie. De là, supposons que ton ennemi te tire un roverso à la tête ou à la jambe, à ce roverso je veux que tu ais du courage pour que dans le temps où il le tirera, que tu tires ton pied gauche auprès du droit et que tu le laisses passer. Et une fois que ce roverso sera passé sans te faire de mal, alors tu avanceras fortement du pied droit devant et tu lui tireras aussi un roverso à la jambe. Alors ton épée ne dépassera pas la garde de coda longa e stretta et ton poignard la guardia di testa. Et pour te couvrir, tu tireras une stoccata par-dessous ton poignard à la face de ton ennemi en fuyant de ton pied droit par derrière le gauche, de sorte que tu retourneras dans la garde que j’ai montrée ci-dessus : qui est avec le pied gauche devant et ton épée et ton poignard mis de façon habituelle. Alors là tu t’arrangeras proprement avec tes bras et tes jambes autant qu’il soit possible.

Chap. 49. De la façon de faire sortir ton ennemi.

Et sache qu’étant en coda longa e alta avec le pied gauche devant comme j’ai dit ci-dessus, de là tu attendras proprement mis et tu serreras ton ennemi de cette manière : c’est à dire tu lui tireras un falso de bas en haut avec ton épée, de sorte qu’il soit forcé de te tirer un roverso à la tête ou à la jambe. Sache que tu pareras ce roverso avec le vrai tranchant de ton poignard, généralement en tournant la pointe de celui-ci vers la terre, c’est-à-dire vers ton côté intérieur. Et ayant paré son roverso, tu jetteras le pied droit devant vers son côté gauche et alors tu lui donneras aussi un roverso sgualembrato à sa tête qui tombera à ses jambes et à ses bras de sorte que ton épée tombera en coda longa e distesa et ton poignard en guardia di testa. Et pour te couvrir, tu tireras un falso ou alors une stoccata en fuyant du pied droit derrière le gauche, de sorte que tu retourneras avec l’épée et le poignard comme je t’ai dit ci-dessus bien arrangé.

Chap. 50. De la dernière partie de l’épée et poignard où tu es patient contre un qui te tire un falso à ta main de poignard.

Étant avec l’épée en coda longa e alta avec le pied gauche devant et avec le poignard en porta di ferro, de là tu resteras attentif. Parce que si ton ennemi te tire un falso à la main de poignard, je veux que tu fasses une demi-volte du poing vers le bas, de sorte que ton poignard ira en coda longa e stretta et ainsi tu pareras son falso avec le vrai tranchant de ton poignard. Et dans cette parade tu avanceras du pied droit devant, et alors tu lui chasseras une punta de pied ferme de bas en haut à la poitrine, ou bien tu lui donneras un mezzo mandritto à la jambe qu’il aura devant. Et pour te couvrir tu te retireras de deux ou trois pas en arrière et alors tu t’arrangeras en coda longa e alta avec tes bras et les jambes bien proprement et avec le poignard en porta di ferro stretta.

Chap. 51. Qui documente les trois ou quatre pas.

Sache que dans toutes ces pièces où je t’ai fait te retirer de trois ou quatre pas vers l’arrière, je l’ai fait parce qu’en donnant ces coups à ton ennemi, celui-ci endurera d’en recevoir d’autres pour pouvoir t’en donner un à toi dans sa furie. Mais si tu te retires avec ces pas ci-dessus au moment où tombe sa colère, il ne pourra pas venir à toi bestialement. Donc, n’oublie jamais cela.

Ici est fini l’art de l’épée et du poignard, louange à Dieu.